LA SIHEYUAN, MAISON TRADITIONNELLE CHINOISE A COUR CARREE.

La maison traditionnelle s'organise autour d'une cour carrée, encadrée de plusieurs constructions de plein-pied. La cour est ombragée par la présence d'un ou plusieurs arbres. Le lieu est souvent agrémenté d'oiseaux en cage.

Sous l'empire, l'entrée de la demeure permet de définir l'origine de son propriétaire. Si elle possède deux bornes ( voir photo 1), elle appartient à un fonctionnaire militaire.

Au-dessus de la porte, plus le nombre de poutres est élevé, plus son occupant est un personnage important ( voir photo 2).

Le porche donne accès sur un mur, qui protège la cour et l'intimité de la famille des regards extérieurs. Il permet aussi de limiter les méfaits du vent et des mauvais esprits, qui selon la tradition, ne savent avancer que tout droit.

Aujourd'hui, à l'entrée de certaines maisons chinoises, des papiers rouges collés de chaque côté de la porte attestent du maintien de la tradition de la fête du printemps ( voir photo 1).

PEKIN. MAISON TRADITIONNELLE A COUR CARREE. MAISON DE FONCTIONNAIRE MILITAIRE.

les deux bornes en pierre, situées à la base de l'encadrement de la porte atteste de la fonction de militaire.

 

LES POUTRES, UN SYMBOLE DE LA PUISSANCE DE SON PROPRIETAIRE.

 

LA MODERNISATION DE PEKIN POUR LES J.O. DE 2008. LE COUP DE GRACE POUR LES HUTONG.

Dès 2002, La modernisation de Pékin en vue des J.O. de 2008 est amorcée. La ville commence la destruction des vieux quartiers.

Leurs habitants sont alors contraints de quitter ces quartiers ombragés. Mais pour où ? Personne ne me donnera de réponse contrète. Sur ce site, pas de censure. Où ont été relogées toutes ces familles ?  Volontaires selon nos guides !