INDOCHINE. CARTE DU RELIEF (1947).

 

 

    En 1947, l'Indochine française couvre 736 000 kilomètres carrés, soit environ une fois et demie la France métropolitaine.

Son relief est dominé par deux hautes chaînes de montagnes : les chaînes du Tonkin au nord, qui dépassent parfois 3 000 mètres et la cordillère annimitique en bordure de la mer de Chine.

On y trouve trois grandes plaines : l'étroite plaine littorale du Annam, les plaines alluviales du Bas-Tonkin et de Cochinchine.

Deux fleuves traversent l'Indochine : le Mékong et le fleuve rouge au Tonkin. Entrecoupé de rapides ( Kemmarat et Khône), le Mékong  est comparé à un dragon furieux, qui se tord. Son immense delta est un enchevêtrement de canaux ( arroyo, c'est-à-dire, un canal naturel).

Située entre le tropique et l'Equateur,  la région possède un climat chaud et humide, marqué par la mousson.

Pour échapper aux conditions climatiques, les européens fréquentent les stations d'altitude au climat tempéré : Dalat dans le sud de l'Annam, Bokor au Cambodge, Tam-Dao et Chapa au Tonkin.      

 

LES VOIES DE COMMUNICATIONS.

en 1947, on compte  30 000 kilomètres de routes. La principale voie ferrée est le Transindochinois, qui relie Hanoï à Saïgon, via Hué, puis il se prolonge vers Phnom Penh et Battambang en direction du réseau siamois. 

 

INDOCHINE POLITIQUE ET ECONOMIQUE ( 1947).

 

 

L'ORGANISATION ADMINISTRATIVE.

 

l'Indochine est une fédération ( l'Union Indochinoise ), dirigé par un gouverneur général, qui réside à Hanoï ( au Tonkin). Elle est formé de cinq régions :  Tonkin, Laos, Annam, Cambod-ge et Cochinchine.

Le Tonkin est la région la plus peuplée avec 800 000 habitants. Les deux grandes villes sont Hanoï ( 130 000 habitants) et le port de Haïphong sur le golfe du Tonkin.

Les royaumes du Laos et du Cambodge sont des états associés. Leurs principales villes sont Luang-Prabang et Phnom Penh ( 50 000 habitants).

L'Annam , dont la capitale Hué est la résidence de l'empereur. 

La Cochinchine - état associé - possède la plus grande ville d'Indochine avec Saïgon ( 145 000 habitants) et le faubourg chinois de Cholon.

 

LES RESSOURCES.

La culture essentielle est le riz. Avec le poisson, il constitue la nourriture de base des indochinois. Café, canne à sucre, thé, poivre et maïs sont également présents.

Les cultures industrielles sont importantes : mûrier pour le ver à soie, caoutchouc, coton, tabac et kapok. Le kapok est une fibre végétale, notamment issue du kapokier, appelé aussi fromager.

Les forêts, qui couvrent 30 millions d'hectares, fournissent des bois précieux.

La production minière repose sur l'étain, le zinc et la houille. Cette dernère est, le plus souvent, exploitée à ciel ouvert, comme à Hongay, au Tonkin.

 

LA POPULATION EN 1947.

     En 1947, l'Indochine est peuplée de 21 millions d'habitants. A cette époque, on distingue quatre groupes de populations.

Les Annamites : groupe le plus important, il se concentre dans les plaines du Tonkin, de l'Annam et de la Cochinchine.

Les Khmers : ( ou cambodgiens) métis d'hindous et d'indochinois sont connus pour leurs vestiges en pierre, comme à Angkor. Les Thaï sont surtout présents au Laos.

 

Source : La géographie documentaire , classe de fin d'études primaires, librairie classique Eugène Belin, 1947.