CARTE DU CAMBODGE.

 

              ANGKOR ET LE TONLE SAP.

 

 

 

 

       L'ancienne capitale royale se situe à Angkor, près de la ville de Siem Reap, au nord du lac Tonlé Sap.

 

 

 

 

    LE TEMPLE KHMER, RESIDENCE DES DIEUX ET SYMBOLIQUE DU MONDE.

    Le temple khmer n'est pas un lieu de culte, mais la résidence des dieux.

L'édifice doit être somptueux, mais la cella -  c'est-à-dire la pièce où est placée l'effigie de la divinité -  reste de dimensions modestes.

En général, un sanctuaire n'est pas réservé à un mais plusieurs dieux.

 

   LES REGLES DE L'ARCHITECTURE.

    Son architecture suit des règles strictes, car elle répond à une symbolique préçise, celle d'une représentation du monde selon la culture khmère. Du VIIème au XIIème siècle, c'est-à-dire jusqu'à la construction d'Angkor Vat, le sanctuaire principal est situé au centre d'une enceinte quadrangulaire. Il  symbolise le mont Meru, soit la résidence des dieux, mais aussi le centre de l'univers, entouré de l'océan primordial. Ce dernier est représenté par les douves qui entourent les temples.  Ces ensembles portent le nom de temples-montagnes. Dans l'architecture, le temple principal se démarque du reste du complexe religieux par sa hauteur. Il repose sur une terrasse, parfois imposante comme à Angkor Vat. 

                                             

                                           L'EXEMPLE D'ANGKOR VAT.

 

             VUE SATELLITE ( Google).

 

 

Le sanctuaire est entouré de douves en partie asséchées sur ce cliché.

 

 

 

 

 

 

                                      PLAN D'ANGKOR VAT.      

 

 

                               ANGKOR VAT. VUE GENERALE D'UN TEMPLE MONTAGNE.

 

 

                                 ANGKOR VAT. TERRASSE DU TEMPLE PRINCIPAL.

 

 

    DE NOMBREUSES GALERIES.

    La présence de galeries à chaque niveau de l'édifice a pour vocation de relier les diverses parties du monument. Selon les auteurs d'Angkor, cité khmère (1), elles ne sont pas destinées à des processions ou à une déambulation. Les seuils des portes sont elevés, ce qui n'aurait pas facilité de telles manifestations. La hauteur de ces seuils m'a en effet frappée dans les différents lieux que j'ai visité.    

 

   LA DECORATION.

    La décoration des sanctuaires se caractérise par une plus grande richesse pour le temple principal. Deux hypothèses sont avancées à ce sujet. La première considère que les décors sont proportionnels à l'importance du lieu, avec une diminution de leur présence à mesure que l'on s'éloigne du centre du sanctuaire. La seconde hypothèse repose sur l'état d'achèvement des travaux, qui attestent que, dans certains cas, ces derniers n'étaient pas terminés. Lors de ma visite dans les principaux temples d'Angkor, le guide a mis en évidence cette réalité, en montrant des bas-reliefs inachevés.

 

                             ANGKOR VAT. LA RICHESSE DU DECOR.

 

 

                            ANGKOR VAT. GROUPE D'APSARAS.

 

 

    LA REPRESENTATION DES DIEUX.

    Dans le temple khmer, la représentation des dieux dans la cella est variable. Le plus souvent, il s'agit d'une statue.  En revanche, le dieu Shiva - une des divinités les plus vénérées - peut être représenté sous la forme d'un linga, c'est-à-dire un phallus en pierre. 

 

 

    A l'issue des principaux travaux, les archéologues semblent admettre l'absence d'inauguration. En revanche, des dépôts de fondation ont été retrouvés sous le piedestal de certaines statues (2).

 

(1) Jacques (Claude) et Freeman (Mickaël), Angkor cité khmère, Editions olizane, p. 23. 

(2) Op. cit., p. 25.