La mythologie fait remonter l'opposition entre le garuda et les naga à la rivalité entre leurs mères, celle de garuda étant devenue l'esclave de l'autre. Pour la délivrer, garuda donna aux naga l'amrita, le breuvage d'immortalité. Sa mère libérée, garuda reprit l'amrita avec l'aide du dieu Indra.

A partir de la période d'Angkor Vat, L'iconographie khmère a largement immortalisé cette rivalité, particulièrement sur les extrémités des balustrades. Cependant elle est représentée dès le IXème siècle à Bakong ( style de Préah Ko) et au Xème siècle à Prasat Thom ( style de Koh ker).

L'extrémité de a balustrade en grès, présentée ici, date de la fin du XIIème ou du début du XIIIème siècle et appartient au style du Bayon. Elle est très différente de celles que l'on peut voir à Angkor Vat, où le garuda est absent où parfois représenté comme un personnage secondaire, disparaissant dans le naga. dans le style du Bayon. le garuda tient une place importante dans la représentation.

 

                                       BALUSTRADE A NAGA ET GARUDA

                            Style du Bayon, fin XIIème- début XIIIème siècle

 

                            

                                BALUSTRADE A NAGA ET GARUDA

 

 

 

    Sur cette sculpture, le garuda chevauche un naga à trois têtes tandis qu'il enserre de ses bras un second naga à six têtes. Chacune d'elle est surmontée d'une crête.

Rapportée par la mission Delaporte ( 1873-1874), cette oeuvre est l'un des plus beaux décors de balustrades que j'ai pu admirer.

Source :

Baptiste ( Pierre) et Zéphir (Thierry), L'art( khmer dans les collections du musée Guimet, réunions des musées nationaux, 2008, 474 pages.