Nous sommes heureux de ne pas avoir à reprendre un train pour nous rendre à Tokyo, sachant qu'il faut compter une heure de trajet. Nous partons rapidement pour Narita, petite ville proche de l'aéroport.

Nous avons choisi le Mercure pour deux raisons. Nous connaissons la chaîne hôtelière et surtout, il se trouve à quelques minutes de la gare, où nous prendrons le JR (Japan Railways) pour Tokyo demain matin.

De plus, une navette de l'hôtel assure le trajet avec l'aéroport. Pas besoin de se prendre la tête ! Et en plus c'est gratuit, comme à Roissy.

Je suis si fatiguée que je suis incapable de trouver les bons mots pour m'adresser à l'accueil, notamment pour obtenir le code afin de nous connecter à internet et rassurer notre famille en leur disant que tout va bien.

Une petite sieste est donc la bienvenue dans une chambre confortable.

                                                                                                                            *****

.

     Dans la soirée, nous décidons de prendre l'air et l'atmosphère du centre-ville de Narita.

Nous remontons l'étroite rue centrale, où nous découvrons pour la première fois l'architecture japonaise avec les petites boutiques.

 

                                                                                                                     

.

      

.

                                                                                                                  

                                                                                                                          

Ce que je découvre m'enchante.... cette architecture est un peu magique... si différente de celle que l'on rencontre dans d'autres pays asiatiques.

Peut-être en raison de ce besoin de s'adapter aux mouvements imprévisibles de la terre...les nombreux séismes, qui secouent cet archipel.

Notre Balade aboutit au temple de Narita-San Shinsho-ji.

Je suis impressionnée par l'importance des édifices, qui composent le sanctuaire. C'est très différent de ceux que l'on trouve en Chine… plus imposants, plus grands...

Avant le départ, je n'avais pas vraiment lu de choses intéressantes sur ces lieux… pourtant, arriver et repartir de Narita est un plaisir.

Les guides touristiques font souvent l'impasse sur l'imposant temple et c'est dommage. Je regrette aujourd'hui de ne pas avoir déambulé davantage sur le site, qui est en réalité un lieu de pèlerinage important.

Alors, pour vous donner envie de découvrir les lieux, modeste visite guidée à travers notre première déambulation dans l'univers religieux japonais.

Le Narita-san est l'un des plus grands sanctuaires bouddhistes de la plaine du kanto, c'est-à-dire celle où s'est développé Tokyo.

Il appartient à la branche Shindon et accueille plusieurs millions de personnes durant les fêtes du Nouvel An.

La première construction remonterait à la fin du Xème siècle et est dédié à la divinité de la sagesse immuable.

On rentre dans le sanctuaire par la traditionnelle porte monumentale.

.

                                                                                                   

.

En entrant dans un sanctuaire, on trouve toujours un lieu pour se purifier en se lavant les mains selon un rituel bien établi.

.

 .                                                                                                 

.

Le détail du bassin montre l'importance du dragon dans les civilisations asiatiques.

Le second élément indissociable d'un sanctuaire est la pagode. Celle de Narita-san date  du XVIIIème siècle et se trouve à droite du bâtiment principal qui constitue la grande salle.

.

.

Elle comporte 3 niveaux. En général, ces édifices en possèdent un nombre impair.

.

.

.

LIENS :

Site officiel du sanctuaire de Narita-san Shinsho-ji  ( en anglais)