Pour aborder l'histoire de la couleur, il faut avant tout comprendre de quoi elle se compose.

1° . La couleur est une longueur d'onde perçue par l'oeil. Ce dernier ne peut voir certaines longueurs d'onde comme les rayons X ou les UV.

2° . Elle peut être émise par une source, filtrée ( par exemple par l'atmosphère) ou réfléchie, c'est-à-dire renvoyée.

3° . La lumière transporte également de l'énergie.

    LES TROIS ELEMENTS FONDAMENTAUX DE LA COULEUR.

1° . La teinte. Elle correspond à l'émission d'une longueur d'onde.

2° . La luminosité. C'est le pourcentage de blanc qu'elle contient. On peut l'utiliser dans le cas d'une photographie, que l'on trouve trop sombre.

3° . La saturation.... est le pourcentage de gris.

On retrouve ce vocabulaire dans les logiciels de traitement de l'image. Ainsi, le simple photographe que je suis, les utilise lors des retouches photos, d'où l'intérêt d'en comprendre le sens.


    POURQUOI POUVONS-NOUS VOIR LE MONDE EN COULEUR ?

Il ne s'agit pas de faire un cours d'anatomie, mais je me suis spontanément posée cette question. Cela se passe dans la rétine avec la présence de cellules sensibles à certaines longueurs d'onde.


    QUELLE EST LA REALITE SUR LA NOTION DE COULEUR FROIDE OU CHAUDE ?

    La couleur correspond aussi à une température puisqu'elle transporte de l'énergie. Contrairement à ce qui se dit sur les couleurs chaudes et froides, le bleu est plus chaud que le rouge ! Jean-Gabriel Causse(2) explique avec une grande simplicité la température de la couleur à partir d'un morceau de charbon. Plus il devient bleu, plus il est chaud.

     COMBIEN EXISTE-T-IL DE COULEURS ?

    Chaque être humain peut avoir une perception différente des couleurs. Nous en avons tous fait l'expérience. De plus, nous connaissons l'existence des daltoniens, qui perçoivent certaines couleurs de manière différente.

On considère aujourd'hui, qu'il existe trois couleurs primaires : le bleu,le  rouge et le vert.

    L'INFLUENCE DE LA CULTURE.

    Selon notre environnement, la perception des couleurs est différente.

Jean-Gabriel Causse prend l'exemple des Inuits – peuple qui vit au niveau du cercle polaire- qui ont de nombreux noms pour qualifier le blanc, qui est présent dans leur vie quotidienne.

De même, le vécu peut avoir des incidences sur notre relation avec une couleur.

Prenons un exemple concret. Un enfant entre en CP. A cette époque, on distribue encore des porte-plumes aux enfants... En ce qui me concerne, sera la seule année où j'utiliserai cet instrument de torture.... surtout lorsque que l'on sait que porte-plume et gaucher font mauvais ménage.... Pas d'inquiétude, notre institutrice...Mme B.... a fait de nous des droitiers sans exception ! Bref …. une de ces têtes blondes... est joyeuse, trop joyeuse. Mme B distribue les porte-plumes et chaque enfant choisit la couleur de son porte-plume. La jolie tête blonde est punie... pas assez sage.... et la maîtresse lui impose un porte-plume vert.... Moi, je voulais le jaune... Une trentaine d'années plus tard, au cours d'une déambulation à travers les allées d'une brocante, je m'arrête devant un stand...le monsieur vend des porte-plumes...Je lui dit : «  je veux celui-là ! « . Le vendeur, intrigué, me demande pourquoi ce choix ? ...depuis l'enfance, je n'aime pas le vert...

Aujourd'hui, ce porte-plume jaune est dans un petit coin de mon bureau... j'adore le jaune dans la maison.

SOURCES :

(1) Pastoureau (Michel) Bleu, histoire d'une couleur, éditions du seuil, 2000.

(2) (J-G) Causse, L'étonnant pouvoir des couleurs, collection J'ai Lu, éditions du Palio, 2014.

Ce petit ouvrage est infiniment passionnant, clair, permettant de comprendre ce qu'est la couleur et ses influences dans notre vie quotidienne. Un incontournable... indispensable. De plus, il contient de nombreuses références, à savoir des exemples de daltoniens célèbres, la préférence pour une couleur, par exemple dans le cas du créateur de Facebook.

Pour la température de la couleur, se reporter aux pages 30-34.